Helene Mellaerts

Portfolio

Peintures 2012

Peintures 2012

D’une petite ville à une mégalopole, d’une passerelle à un pont, le monde urbain change, il s’étend, il se dilate en longueur, en largeur et en hauteur, et se rétrécie tout à la fois en étant plus concentré. La vision de chacun est différente et les représentations picturales peuvent laisser libre cours à l’imagination. De la perspective fermée d’un vieux quartier d’une capitale à l’ouverture des grandes avenues séparant les groupes d’immeubles, le contraste entre ses deux visions est tangible et les sentiments qu’elles suggèrent tout aussi contrastés.

La perspective des barres de tours créent des espaces en pyramides inversées et les vieux quartiers des espaces en forme de bobine. Tout concourt à jouer et assembler toutes ces lignes et ces formes qui semblent se heurter.

Les villes se transforment, évoluent, bougent. Un territoire inconnu est créé, un territoire aménagé pour être plus « sûr », un territoire qui induit de nouveaux comportements. Les personnes proches physiquement, ne sont-elles pas devenues trop proches jusqu’à en être identiques ?

A côté de cela l’externalisation de la mémoire, par des supports variés et de plus en plus petits, la rend accessible au plus grand nombre. Cela s’accompagne d’une perte de l’oralité et donc de la perte de l’appropriation de cette culture. La barre d’immeuble se comporte comme la carte mémoire d’un ordinateur, la trace de l’homme est lisible tout en restant volatile.

L’homme prend il toute la mesure de cet inconnu ? C’est toute la question.

“Liberté, Égalité et …”
acrylique et collages sur toile

Galerie de peintures